La saga de l’été: Ayrton Senna #2

14 07 2009

La saga de l'été: Ayrton Senna #2

En 1985, Lotus n’est plus l’écurie qui collectionnait les victoires qu’elle était par le passé. La mort de son créateur, l’inventif Colin Chapman (le 16 décembre 1982), l’a laissée orpheline. Pourtant, Ayrton Senna a de bonnes sensations et croit au potentiel de sa monoplace, la Lotus 97 T motorisée par un V6 Turbo Renault. Lors des séances d’essais de pré-saison, il a impressionné les ingénieurs du motoriste français par son sens aigu du travail et sa capacité à décrire chaque petites ratées du moteur dans telle ou telle situation. La vérité est qu’il aime le travail, plus que tout. Il sait que pour remporter une victoire, il faut des heures passées sur les circuits à régler parfaitement la monoplace, à discuter avec les ingénieurs lors des briefings et débriefings. Il fait preuve d’une maturité étonnante pour un garçon de son âge (il n’a que 25 ans à l’époque). A son contact, le directeur technique du team, Gérard Ducarouge, sait qu’il va être possible de réussir de grandes choses tant le pilote a une capacité à fédérer toute une équipe autour de lui, un peu comme Michael Schumacher ou encore Fernando Alonso de nos jours. Au moment d’aborder la deuxième manche du championnat du monde sur le tracé d’Estoril, l’équipe Lotus est gonflée à bloc. Les performances réalisées en essais associées au fait que le jeune Ayrton s’était déjà distingué sur ce circuit l’année précédente laissent présager de bonnes choses pour ce weekend end de compétition. La motivation se transforme en bonnes performances dès les premières séances d’essais libres où Senna est toujours présent à la première place. La Lotus-Renault fonctionne à merveille sur le tortueux tracé portugais et Ayrton domine son coéquipier, l’Italien Elio de Angelis, qui fait pourtant partie de l’équipe depuis 1980! Senna est déjà parfaitement intégré à sa nouvelle équipe alors qu’il ne participe qu’à sa deuxième course avec elle.

Nouvelle domination lors des qualifications. Il réalise la pole position en seulement deux tours alors que ses adversaires enchainent les tentatives afin d’essayer de s’approcher son temps, en vain! L’aisance avec laquelle il réalise le meilleur temps nous ferait presque oublier qu’il s’agit là de la première de ses 65 poles (Un record qui sera battu par Michael Schumacher plus de 10 ans après la mort du champion). Senna est heureux d’avoir été récompensé de son dur labeur mais il sait que le plus dur reste à faire. Il faudra en effet se battre pour conserver cette première place le lendemain. C’est pourquoi, même après une telle performance, il y a tout de même le traditionnel débriefing d’après-qualification. Ayrton Senna quitte le stand Lotus vers 22h après avoir discuté des réglages du lendemain avec ses ingénieurs. Le moment est venu de prendre un peu de repos, bien mérité.

Le lendemain matin, la pluie est au rendez-vous. Bien que ce type de condition soit un avantage pour lui, Senna ne se réjouit quand même pas trop vite. Une erreur est toujours possible, c’est pourquoi il doit rester concentré, le plus possible. A une demi-heure du départ, la pluie tombe toujours et plus fort que le matin. C’est donc sous un véritable déluge qu’est donné le départ de la course mais, heureusement, sans dommage. Ayrton garde la tête, ce qui lui permet d’avoir la vue dégagée devant lui. Il ne sera plus inquiété de la course. Alors que la pluie redouble d’intensité, Senna semble intouchable: il maîtrise la conduite sous la pluie comme on n’avait jamais vu. Le mythe de « Magic » Senna vient de naître. En fin de course, la concentration se fait de plus en plus difficile… Ayrton mène la course avec plus d’une minute d’avance sur la Ferrari de Michele Alboretto et il sait qu’il ne peut plus être rattrapé à la régulière. Ce jour là Ayrton Senna était au dessus de lot et a remporté la première victoire de sa carrière !

Sur le podium Ayrton est souriant, contrairement à Monaco l’année précédente ou l’a  victoire lui avait échappé de peu. Alors que l’hymne brésilien retentit, le jeune Ayrton pense à tous les Brésiliens et éprouve une grande fierté. A chacun de ses déplacements lors de week-end de course, il essaye de représenter sa nation du mieux qu’il le peut. Aujourd’hui il sait qu’il vient de réaliser une très belle performance. Ce 21 Avril 1985, Ayrton Senna entre dans le cercle très fermé des vainqueurs de GP. L’on dit souvent qu’une première victoire change un pilote, et c’est ce qu’il explique après la course : « Vous savez, c’est une vraie libération. Maintenant, tout paraît différent et je n’aborderai plus les courses de la même manière. Désormais, je sais qu’à chaque course je peux gagner. » Ce jour là, le Brésilien prend une autre stature aux yeux des observateurs du petit monde de la F1.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :