[Edito] La F1 chez nos voisins

19 07 2009

Aujourd’hui, en lisant une énième rumeur dans la presse espagnole selon laquelle Pedro De La Rosa serait au volant d’une des monoplaces de l’écurie Campos la saison prochaine, je me suis fait la réflexion suivante: La presse n’a pas la même façon de parler de F1 en fonction du pays. Ainsi, en France on ne cesse de vouloir un pilote tricolore dans la discipline, s’enthousiasmant pour les performances d’un pilotes dans les catégories inférieures, espérant le voir un jour en F1 (ex Bourdais, Montagny, ou plus proche de nous Romain Grosjean). Une fois qu’un français arrive enfin en F1, tout le monde (la presse en tout cas) est derrière lui, tant que ça va bien…La presse française n’est pas la dernière pour taper sur « ses propres » pilotes. Le cas Bourdais est un bel exemple. Les anglais sont encore pires dans le domaine, avec leurs nombreux tabloïds comme The Sun qui préfère presque parler de la dernière soirée à laquelle Hamilton s’est rendu en compagnie de la belle Nicoles que de ses victoires. En Italie, tout tourne autour de la Scuderia Ferrari. De chez nous, on ne ressent pas autant l’envie de voir un pilote italien en F1 (en même temps il y en a donc le fait que la « demande » soit moins forte vient peut-être aussi de là). Il fût un temps ou les décisions prisent par la Scuderia se faisaient en fonction de ce qui était écrit dans la presse. Qu’un quotidien réclame la mise à pied de tel pilote ou de tel ingénieur, et c’était fait (je caricature sans doute un peu). En Espagne, la F1 n’était pas un sport très populaire avant les deux titres de Fernando Alonso. Le sport mécanique numéro 1 dans ce pays, c’est la MotoGP. Encore aujourd’hui, trois manches de ce championnat ont lieu en Espagne (Barcelone, Jerez et Valence). La presse ibérique est friande de rumeurs en tout genre et est même bien souvent prompte à en créer. Qu’une rumeur parle d’un pilote espagnol dans une écurie et vous pouvez être quasiment certains qu’elle vient d’Espagne. En Belgique on rêve évidement d’avoir à nouveau un pilote en F1 mais il faut bien admettre que les performances d’un Bertrand Baguette en World Series ou de Jérome D’Ambrosio en GP2 ne passionnent pas les foules, ni la presse…

Publicités




[Edito]: Les vacances sont finies!

7 07 2009

Après trois semaines de repos intense (même pas d’essais privés pour passer le temps), la Formule 1 va reprendre le chemin des circuits destination le Nurburgring! Si le tracé n’a plus rien à voir avec le mythique circuit qu’empruntaient les Stewart, Lauda et consort, la dernière visite sur le nouveau Nurburg nous avait quand même gratifié d’un beau duel entre Fernando Alonso, à lépoque chez McLaren, et Felipe Massa. Duel qui avait tourné à l’avantage de l’Espagnol. Cette année peu de chance de revoir ces deux là se battre pour la victoire. Après une victoire impériale sur les terres de Jenson Button, Vettel aura sans aucun doute à coeur de rééditer sa performance devant son public. Button lui verra probablement comme une revanche de priver le jeune pilote RedBull d’une victoire sur ses terres.

En Allemagne, les BrawnGP auront droit à bon nombre de nouveautés pour essayer de rester au contact des RB5 de Vettel et Webber. Mais le résultat final dépendra probablement aussi de la température. D’après les dernières prévisions, la pluie pourrait bien s’inviter pendant tout le week end. Et on sait que la Brawn se comporte bien dans ses conditions, et que Vettel n’est pas en reste non plus dans ce genre de circonstance.

Des nouveautés, il y en aura un peu partout. Chez Ferrari qui espère réaliser un nouveau pas en avant avant de se concentrer sur la saison 2010. Renault utilisera aussi un nouveau package aéro, elle qui espère devenir la troisième force du plateau avant la fin du championnat. Autant dire que la tâche s’avèrera ardue. Mais comme on l’a vu l’année dernière, un Alonso en grande forme  peut encore faire des miracles.

Un  autre qui espère sans aucun doute signer une belle performance, c’est Nico Rosberg dont la FW31 semblent profiter des dernières évolutions apportées par son écurie. De bon augure pour le reste du championnat.

Le résultat de Silverstone a laissé présagé d’une seconde moitié de saison plus disputée, le Nurburgring pourrait bien confirmer cette tendance ou au contraire l’infirmer!