Top/Flop: Silverstone

27 06 2009

Silverstone Top/FlopEt c’est repartit pour un tour. Silverstone est connu pour être un circuit de pilote. Alors qui a dompté l’ancien aérodrome? Qui s’est fait tout petit dans son baquet? C’est le Top/Flop de Silverstone!

TOP

Sebastian Vettel: Après sa bourde de Turquie, le pilote RedBull a réalisé un week -end sans faute. Pole, victoire et meilleur tour en course, Vettel a tout raflé dans la campagne anglaise. Cette victoire doit avoir une saveur particulière car acquise sur les terres de Button ou l’anglais n’a jamais vraiment brillé. Il faut aussi souligné le travail de Newey à l’usine qui permet a RedBull de maintenir le cap voir même de prendre l’avantage, mais pour ça il faudra attendre une ou deux courses avant de pouvoir l’affirmer.

Mark Webber: L’australien était régulièrement devant Vettel ces derniers temps mais c’est l’Allemand qui fait gagner la RB5. Mark ruminait après les qualifications ou Raikkonen l’aurait gêné. Quoiqu’il en soit, Vettel était le plus fort en Angleterre, mais le sympathique Australien mériterait lui aussi d’en remporter une cette saison.

Felipe Massa: Belle course de Massa. Ces qualifications étaient pas terribles mais sa stratégie et son départ (merci le KERS?) lui permettent de finir au pied du podium. Raikkonen n’a pas sur faire aussi bien malgré un départ tout aussi correct.

Nico Rosberg: Nous sommes à la mi-saison et les Williams sont toujours dans le coup. Mieux elles semblent remonter dans la hiérarchie et le podium ne devrait plus être loin.

Hamilton-Alonso: Voir ces deux là se battre comme des chiffoniers a bien été la seule distraction de ce GP pas franchement enthousiasmant. Cependant le fait que ça se passait en milieu de peloton faisait un peu peine à voir pour deux pilotes de cette envergure.

Giancarlo Fisichella: La Force India progresse petit à petit et Fisico se rappel à notre bon souvenir qu’il est capable de faire de jolies choses. Les points n’étaient pas loin ce qui doit quand même être un peu frustrant.

FLOP

Jenson Button: Pour la première fois de la saison, Jenson n’a jamais été dans le coup. Dommage que ce soit arrivé à domicile pour lui. Le problème de l’Anglais est qu’il n’est jamais parvenu a faire monter ses pneumatiques en température au contraire de Barrichello qui a un pilotage plus brusque. Son mauvais départ ne l’aide pas non plus, sans ça il aurait pu gagner une ou deux places à l’arrivée (voir trois s’il avait été dans les échappements de son équipier en fin de course?). Quoiqu’il en soit il engrange des points qui pourraient s’avérer importants en fin de saison.

Kimi Raikkonen: Le Finlandais joue au yoyo, il peut être excellent un jour et totalement transparent et insipide le lendemain. A Silverstone, je ne l’ai pas vu, il devait siroter une vodka bien gentiellement après avoir mis sa F60 sur pilote automatique…

Bourdais-Kovallainen: Faire une faute aussi stupide quand on se bat pourquoi, la 16-17ème place, c’est stupide pour ne pas dire autre chose. Tords partagés entre les deux, Kovallainen qui change plusieurs fois de ligne et freine beaucoup trop tôt et Bourdais qui est trop optimiste sur le coup aussi. Dommage, Seb devançait son équipier qui n’était nul part en Grande-Bretagne.

Publicités




Button n’est pas prophète en son pays!

22 06 2009

290

Avec six victoires en sept courses, Jenson Button devait surement espérer remporter un nouveau succès sur ses terres devant son public. Plus que toute autre, cette victoire aurait eu un goût de revanche pour celui qui était dans l’ombre de Lewis Hamilton la saison dernière. La revanche c’est Vettel qui l’a prise après avoir laissé échapper la victoire en Turquie au profit de…Button. Il faut dire que RedBull avait apporté pas mal de nouveautés sur la RB5 de Vettel et Webber: nouveau museau plus large, nouvel aileron avant, double diffuseur revu également, optimisation de la dérive couvrant le moteur, sans oublier une légère modification au niveau de l’empattement. Bref c’était quasiment une RB5b qui débarquait sur l’aérodrome de Silverstone. Résultat, Vettel et Webber se sont promené dans la campagne anglaise nous offrant une course ennuyeuse qui pourrait pourtant marquer un tournant important dans le championnat en relançant son intérêt.

Des nouveautés, il y en avaient aussi chez Ferrari, mais là elles n’ont pas apporté le gain en performance escompté. La Scuderia prépare une grosse évolution pour le Nurburgring ou la Hongrie qui devrait lui permettre de se rapprocher un peu plus des avants-postes. Les rouges seront-ils les arbitres entre RedBull et BrawnGP? Le staff de l’écurie autrichienne doit secrètement espérer qu’une autre équipe vienne se mettre régulièrement entre elle et les BGP001, comme ce week-end pour pouvoir décrocher le titre en fin de saison. Malgré tout, on peut être satisfait chez Ferrari si on compare la situation à celle de chez Renault, BMW-Sauber ou encore McLaren qui luttait pour le titre la saison dernière. Hamilton a fait le chemin inverse de Button, adulé l’année dernière, les anglais n’avaient plus dieu que pour le pilote Brawn cette année, tandis que le pauvre Lewis végétait dans les profondeurs du classement. Moralement ça doit être dur pour le jeune britannique.

Parmi les bonnes surprises de ce grand prix, citons Nico Rosberg et sa Williams qui parvient une fois de plus à finir dans les points et offre la 5ème place du championnat constructeur à son écurie. Et au vu des performances de McLaren elle pourrait bien la concerver jusqu’à la fin de la saison. Petit bémol du côté de Nakajima qui termine hors des points alors qu’il était 4ème sur la grille, la faute à une stratégie douteuse dont l’écurie de Sir Franck et Patrick Head est coutumière.

La F1 va prendre un peu de repos avant de reprendre le chemin des circuits dans trois semaines, direction le Nürburgring. Mais d’ici là, il risque encore d’y avoir du grabuge en coulisses avec le duel FIA-FOTA.